Jahan quitte les réseaux sociaux (Mars 2014)

Cette page contient une traduction d’un article du Tumblr de Jahan où elle explique pourquoi elle quitte les réseaux sociaux. Traduction réalisée par Winter, relue par Doezer.

Paroles de destruction massive – Apprécier le silence

486129_514138271961603_135467184_n

Au dernier coup de basse du rappel sur scène, les lumières s’allument dans la salle. Je scanne la foule du regard, remplie de gens à moitiés nus et de gens heureux. Je vois des pancartes faites mains qui disent « KREWELLA GET ME WET », « J’ai conduis 5 heures pour vous voir » et mon préféré comme d’habitude « IS YOUR PUSSY WET? ». Quatre-milles yeux qui me regardent fixement, tandis que mon mascara coule le long de mes joues et que des mèches de cheveux trempés me collent à la figure. Je raconte n’importe quoi au micro mais je ne peux même pas m’entendre tellement la foule hurle. Je marche comme si j’avais un balai dans le *** car mon pantalon est complètement trempé. Je saute par-dessus la barrière et j’essaye d’atteindre autant de mains que je peux, et vous me tirez dedans avec une telle force.

Putain ce que je vous aime. Faire des lives et voir votre excitation pour notre musique me donne une écrasante sensation de chaleur, qui traverse mon corps tout entier. Il y a une vraie compréhension entre vous et nous pendant ces shows. Et je trouve ça bien plus authentique et réel que tout ce que nous pourrions trouver en ligne. C’est un lien humain. Et c’est cette relation que je veux avoir avec nos fans. Pas une rue à sens unique où je me trouve sur un piédestal, présente dans vos timelines quand vous lisez les sidelines (référence au brouillon de Twitter), mais une authentique relation, où nous somme connectés et où je peux donner tout ce que j’ai de ma musique et de mes performances, car c’est ce que vous méritez, vous, nos investisseurs en énergie et en amour.

Maintenant que c’est dit, je ne compte plus mettre à jour mes différents réseaux sociaux comme Twitter et Instagram. Je partagerais seulement mes écritures de temps en temps via Tumblr. J’aime la technologie et je sais que les réseaux sociaux nous ont beaucoup aidés à propulser le groupe sur le devant de la scène. Je vous ai regardé monter votre propre réseau pour parler de nous. Cela me rend tellement fière de savoir que nous avons une telle communauté qui n’est comparable à aucune autre. C’est assez puissant pour qu’on puisse parler de véritable mouvement. Mais ensuite, j’ai pensé à comment je voulais répartir mon temps et ma créativité, et l’exemple que j’ai envie de donner à la ville de followers que vous m’offrez. Les gens ont tendance à considérer les followers et les likes comme du succès et la petite coche bleue comme une légitimité. Nous travaillons dur pour obtenir ce statut si haut en ligne… Mais au final cela nous rend-il vraiment heureux ? Où est-ce simplement une illusion, une imposture des connexions humaines ?

2014-05-12 18.57.16

Pour ceux qui me suivent depuis un an, vous avez dû remarquer que je répondais aux tweets chaque jour et que je postais des photos de mes différentes expériences plusieurs fois par semaine. J’étais vraiment accro à ça. Avant même d’avoir les yeux bien ouverts le matin, j’allais vérifier mon twitter pour voir ce qui s’était passé pendant que je dormais. Et ainsi ce cercle vicieux continuait toutes les heures après ça, répondant aux fans et vérifiant si rien ne s’était passé.

Mais ça, c’est le pire moyen de commencer la matinée. Tu vas simplement glander toute la journée. Comment pourrais-je me considérer comme une vraie artiste si mon flux de pensées et d’idées est fragmenté et intercepté par le besoin de rafraichir ma timeline et de prouver ce que j’ai fait aujourd’hui ? Et qu’est-ce que je vérifiais au juste ? Pourquoi partageons nous nos pensées, nos photos et maintenons nos profils en ligne ? Acceptation. Tout se résume au besoin fondamental de l’humain, l’acceptation d’autrui et le sentiment d’appartenance. Peut-être nous sentons indignes en réalité… Peu rassurés dans nos relations… Seuls alors que nous sommes entourés par les autres… Ou bien frustrés de ne pas arriver à se concentrer sur nos projets. Alors, nous nous créons une identité virtuelle pour combler le manque. Avec chaque retweet, notre amour de soi grandit; chaque follower inconnu devient un nouvel ami. C’est rassurant que quelqu’un pense que tu es attirant en ligne ou que ton tweet vaut la peine d’être partagé. Des impulsions de joie sont activées dans le cerveau, et cela te fait planer… A tel point que nous voulons que cela arrive plusieurs fois par jour. Et c’est ce qui amène au besoin compulsif de poster régulièrement et de rafraichir nos timelines.

Dans la société d’aujourd’hui, nous avons été confortés dans notre façon de penser, que nous contrôlons notre consommation médiatique et que nous sommes des consommateurs « actifs » juste parce que nous créons nos propres profils, faisons des courses en lignes, répondons à des tweets, etc.  Mais la plupart du temps nous ne faisons que rôder… ChercherEspionner. Ce n’est pas être actif. Je pense que nous avons abandonné notre sagesse… La sagesse nécessaire pour juger le caractère et les intentions des gens, et au lieu de suivre notre instinct primaire, nous sommes aveuglés par les portraits que les gens se construisent en ligne. Nous avons abandonné cette sagesse de regarder ailleurs que sur un écran et d’écouter la personne qui parle sur le siège conducteur… Ou de regarder à travers la fenêtre en rêvant… De patiemment attendre dans la queue et penser… comment pouvons-nous contempler nos passions si on essaye toujours de combler le manque par ce sentiment d’être « occupé » à rafraichir un tweet ou un flux de commentaires ? Pourquoi ne pouvons-nous pas juste apprécier le silence ?

Es-tu un voyeur ou un créateur ? Un esclave ou un maître ? Un rôdeur ou un artiste?

Je n’ai pas créé Krewella pour être un gourou de l’internet social. Je n’ai pas commencé à faire de la musique pour avoir une image. Tout le reste a suivi. Je n’ai pas commencé cela pour être dans les charts, les nombres et obtenir de la popularité. Quand tous ces problèmes commencent à assombrir les pensées créatives, la vision artistique devient floue et polluée. J’ai créé Krewella car faire de la musique c’est fun et planant, c’était un moyen de s’échapper, et parfois écrire est le seul moyen que j’ai pour exploiter mes pensées en leur donnant forme quand je ne peux les exprimer verbalement. Bref, ce que je souhaite vous léguer sont mes textes, ma musique, ma créativité et mes images. Et j’espère pouvoir vous faire RÉFLÉCHIR.

Bb-9o1fCMAAmzoG

J’espère que vous comprenez que ma décision de quitter ces réseaux sociaux n’est pas parce que je ne vous apprécie plus, nos fans adorés, ou parce que je désire rompre cette communication avec vous. Ce n’est pas parce que je pense être au-dessus de ces choses, ou que je suis une tendance. Comme je l’ai dit avant, les réseaux sociaux étaient et sont toujours une partie intégrante de notre habilité à atteindre les quatre coins du monde. Et ce que j’ai à dire n’a rien à voir avec le groupe, car je ne peux pas parler à leur place.

Mais pour ma présence personnelle en ligne, je préfère rester dans le silence dans un système où les gens se battent pour entrer et se courber devant ceux qui ont un statut en ligne privilégié. Certes, peut-être que j’essaye de prouver quelque chose. J’exprime peut-être un avis peu populaire, mais je préfère rester fidèle à moi-même plutôt qu’être à disposition et de n’agir en me basant sur les likes. La perception EST la réalité, et si nous arrivons à voir à travers l’illusion alors peut-être pourrons-nous devenir d’authentiques êtres humains. J’espère que vous serez capables de réguler votre existence en ligne si cela signifie quoi que ce soit, ou essayer d’en faire quelque chose de révolutionnaire.

http://www.youtube.com/watch?v=EFS6cP9auDc.

J’espère que vous pouvez vivre sans écran, trouver du confort dans la solitude et poursuivre vos plus profondes passions avec acharnement et apprécier le silence.

Aussi j’espère que vous pourrez nous retrouver dans un show et expérimenter quelque chose que je ne pourrais jamais vous offrir sur internet.

Avec tout mon amour,

Jahan

c400ffe8581f11e3816f0eceecffb26d_8

(Visited 272 time, 1 visit today)